JOSÉPHINE BACON est une poète innue originaire de Pessamit, née en 1947. Également parolière et réalisatrice, elle est considérée comme une auteure phare du Québec, reconnue sur la scène internationale. Elle dit souvent d’elle-même qu’elle n’est pas poète, mais que dans son cœur nomade et généreux, elle parle un langage rempli de poésie où résonne l’écho des anciens qui ont jalonné sa vie. Les éditions Mémoire d’encrier publient notamment son premier recueil, Bâtons à message/Tshissinuashitakana, Un thé dans la toundra/Nipishapui nete mushuat, et Uiesh/Quelque part. Récipiendaire de nombreuses distinctions pour son œuvre, Joséphine Bacon enseigne également l’innu-aimum depuis plus de 40 ans et donne de nombreux ateliers d’écriture et conférences dans les universités, les cégeps et dans plusieurs communautés autochtones. Elle vient tout de recevoir le Prix des Libraires 2019, catégorie poésie pour Uiesh/Quelque part.

Fondateur et ex-membre du célèbre groupe La Bottine souriante, YVES LAMBERT est devenu une figure emblématique de la musique traditionnelle québécoise ici et à l’international. En 2010, il lance, avec ses musiciens complices Olivier Rondeau et Tommy Gauthier, le YVES LAMBERT TRIO. En 2012, le trio sort son premier album Yves Lambert Trio et remporte le Félix du meilleur album traditionnel de l’année. En 2013 le trio enregistre l’album Laissez courir les chiens, sorti aux États-Unis en 2015 et au Québec en 2016. La même année le trio se produit avec l’Orchestre symphonique de Montréal et Kent Nagano.
Ambassadeur de la musique traditionnelle québécoise à l’international, le Yves Lambert Trio favorise un dialogue musical entre l’identitaire et l’universalité en respectant ses racines musicales tout en restant perméable aux influences contemporaines et aux racines des autres cultures. 

DENISE DESAUTELS est née à Montréal, elle a publié plus de 40 recueils de poèmes, récits et livres d’artiste, qui lui ont valu de nombreuses distinctions. Elle faisait paraître, en 2017 au Noroît, D’où surgit parfois un bras d’horizon et, en 2018 en France, deux petits ouvrages aux titres éloquents, en ce qui concerne son travail d’écriture : Noirs en collaboration avec Erika Povilonyté, à L’Atelier des Noyers, et Disparition (détail) écrit à partir d’une œuvre de Sylvie Cotton, au Petit Flou. Elle est membre de l’Académie des lettres du Québec et de l’Ordre du Canada.

JEAN-PAUL DAOUST a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie, deux romans et un recueil de récits. Lauréat du prix du Gouverneur général (1990) pour Les cendres bleues, recueil traduit en anglais, espagnol et slovène. Il a remporté le Grand prix Quebecor du Festival international de la poésie pour Le vitrail brisé en 2009 et récipiendaire du prix Jaime Sabines/Gatien Lapointe 2012 pour Poemas de Babilonia/Poèmes de Babylone. Poète en résidence depuis l’automne 2011 à la radio de Radio-Canada à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!. Ses dernières parutions, Les îles de la ponctuation, accompagnée d’œuvres visuelles de Louise Prescott, éd. (2017), Odes radiophoniques V, (2018) et Le fauve amoureux, Tango américain, rétrospective 1976-2016, choix de textes et conception de Gérald Gaudet (2019).

Né au Labrador et ayant grandi à Maliotenam, communauté innue de la Côte Nord, FLORENT VOLLANT rayonne dans le paysage musical des premières nations et du Québec depuis les années 80. Lui et Claude McKenzie forment le duo Kashtin en 1989. Ensemble, ils ont remporté 4 Félix. Florent Vollant connait une carrière solo florissante au Québec et à l’international. En 1999, il enregistre un disque de Noël en langue innue intitulé Nipaianipianam. L’album remportera un Prix Juno. Après la production de 3 autres albums solo, parution à l’automne 2018 de l’album Mishata Meshkenu. Ce 6è disque solo, chaudement accueilli par la critique, sera suivi d’une tournée à l’international et au Québec.
Florent Vollant a reçu plusieurs prix et distinctions dont, en juin dernier, la médaille de Grand Chevalier de l’ordre du Québec, pour sa contribution exceptionnelle à la culture autochtone et québécoise. «Votre poésie parle d’espoir, de l’amour de la terre. Merci d’être cet ambassadeur de la nation innue. Merci d’incarner cette amitié entre nos deux peuples». Francois Legault
(lors de la remise des Prix de l’Ordre du Québec, 20 juin 2019)